Tombent les hommes : préface

Le roman policier se caractérise généralement par une enquête ou un événement mystérieux impliquant au moins deux des trois protagonistes suivants : une victime, un criminel et un enquêteur.

Dans son jeune âge, il s’est surtout focalisé sur le duel entre l’enquêteur et le criminel, en prenant pour héros soit l’un (Arthur Conan Doyle, Agatha Christie), soit l’autre (Maurice Leblanc). D’abord jeu de logique, il a adopté au fil du temps des teintes plus psychologiques (Georges Simenon), avant de voir émerger la figure du privé brutal dont l’investigation flirte avec l’illégalité (Dashiell Hammett, James Ellroy). Enfin, ultime évolution notable, il a mis en retrait le personnage de l’enquêteur pour mieux se concentrer sur la lutte entre la victime et le criminel (Mary Higgins Clark).

Lire la suite

2022, année de projets à concrétiser

À cheval entre les années 2019 et 2020, j’ai rédigé mon troisième roman, intitulé Mort à Balerma. J’aurais souhaité le publier en 2021, mais les corrections du manuscrit se sont révélées chronophages. À l’heure où j’écris ces lignes, je ne les ai pas encore terminées, mais elles sont en bonne voie de l’être. Aussi, je ne crois pas m’avancer trop en annonçant la publication de ce titre pour l’été 2022.

Lire la suite

Bilan de l’année 2021

Après une année 2020 riche en publications (roman Le Despote, recueil de nouvelles policières Tombent les hommes, livre pour enfant Parrain revient d’Espagne), l’année 2021 s’est révélée plus calme que prévu. Malgré ma volonté de produire un nouveau roman chaque année, je n’ai pas été en mesure de relever le défi lors de celle-ci. Ce n’est que partie remise.

2021 n’a pas été une année blanche pour autant. Deux nouveaux ouvrages ont enrichi ma bibliographie au cours des derniers mois.

Lire la suite

Genèse du Despote

Le jeudi 13 septembre 2012, je couchai sur papier une idée de scénario : il y était question de libertariens victimes du fisc qui s’attaquaient aux huissiers de justice à leurs trousses, qui plaidaient en solitaire devant les tribunaux et qui commettaient des attentats contre les politiciens honnis. Je classai la feuille volante au cœur de la « farde de la macération », où son contenu allait bientôt se transformer en quelque chose de moins sinistre.

Lire la suite

Publication de mon deuxième roman, Le Despote

Mon deuxième roman vient de sortir ! En voici le pitch :

Six mois après la faillite de son magasin de farces et attrapes, Lysandre Granitard décide de ne plus se laisser marcher sur les pieds par le fisc et transforme sa propriété privée en un État à part entière, le Despotat de Liège. Toute la pyramide de l’État belge se met en branle afin de le soumettre, mais c’est bien mal connaître le Despote, qui riposte à chaque attaque de ses adversaires avec une énergie toujours plus outrancière. S’ensuivent moult péripéties qui le mettent aux prises avec un fonctionnaire fiscal besogneux, un huissier de justice bling-bling, un juge pénal mystique, un agent secret malchanceux, une journaliste nymphomane et le truculent bourgmestre de Liège.

Lire la suite

Petit guide d’interprétation de la fin du Procès de Claude Servais

J’ai longtemps hésité avant de rédiger cet article, car je ne souhaite pas m’immiscer dans la réception de mes romans par les lecteurs.

Une large majorité d’entre vous m’a rapporté avoir trouvé la fin du Procès de Claude Servais mystérieuse. Or, les derniers paragraphes ne sont pas dénués de sens, au contraire : l’ultime phrase du roman contient la clé qui ouvre la serrure du twist ending.  

L’expérience m’a appris que le simple fait de signaler cet élément au lecteur lui permettait, une fois sur deux en moyenne, de percer le mystère et de découvrir le mobile du crime.

Mais cela signifie également que, dans un cas sur deux, des indices supplémentaires étaient requis pour venir à bout de l’énigme.

Lire la suite

Le Procès de Claude Servais, code à cracker

Si les dernières pages de mon roman « Le Procès de Claude Servais » vous ont laissé l’impression d’un mystère irrésolu, ce message est pour vous.

« Le Procès de Claude Servais » est un code qu’il faut cracker, un verrou qu’il faut faire sauter. Sous ses apparences de roman judiciaire se dissimule un roman à énigme. La zone d’ombre qui en voile la fin ne demande qu’à être illuminée, et tout lecteur dispose de ce pouvoir.

Lire la suite